Ce matin là, alors que le chant des oiseaux accompagnait l’éveil de la journée, elle s’assit avec sa pensée et en suivit le cours.

L’espérance l’interrogea d’abord :

 « Aujourd’hui j’ai envie de te parler. Un tête à tête sincère, frais. J’ai envie de découvrir qui tu es, je ne me souviens plus de la fille que tu étais. Cette étincelle dans tes yeux me manque. T’es-tu éteinte ? La tristesse t’aurait-elle étreinte au point d’emporter avec elle tout ce qui te faisait briller, tout ce que tu étais et que j’aimerais que tu sois encore ? »

L’acceptation répondit :

« Cette étincelle innocente et joyeuse est une flamme qui parcoure les regards de l’humanité. Hier, c’est dans mes yeux que tu la voyais et aujourd’hui elle illumine les tiens. Ne regrette pas ce que j’ai été. Apprends à me connaître telle que je suis aujourd’hui. Je veux être un caméléon qui s’adapte à ses conditions. Je veux renaître de mes défaites, laisser ce passé qui me hante et m’élever avec tes rayons d’espérance. Si mes souvenirs sont la terre sur laquelle j’évolue, j’apprendrai à en garder les meilleurs abandonnant tout ce qui me retient ensevelie. »

La détermination, avec sa force habituelle, prit alors la parole :

« J’ai fermé les yeux, pour en ouvrir d’autres, et t’ai aperçue, tremblante, inerte, les lèvres scellées de poussières. Résignée, j’allais reprendre la route lorsque j’ai vu la couleur de ton regard. Celle du printemps. Alors, doucement, je suis venue te chercher. Ce passé qui te hante, il nous a fallu l’enterrer. Ton regard a alors retrouvé cet éclat si particulier et tu as pu enfin te défaire de ces liens qui t’empêchaient de rire.
Hier, j’ai eu envie de me parler. Un tête à tête avec moi-même, qui m’a fait découvrir qui je suis. Cette fille pleine de vie qui désormais m’habite. Ce feu dans mes yeux qui m’étonne. Et cette allégresse qui m’étreint et fait voler mon coeur au point d’emporter tous les débris de ce mal qui me tenait. J’apprends à me connaitre telle que je suis aujourd’hui, et j’aimerais que tu sois là, pour y croire aussi. »

C’est parce qu’elle sut patiemment accueillir ces messages que la flamme dansa à nouveau en son regard. Nous avons tous en nous des voix ayant pour rôle de nous guider, et ce n’est qu’en apprenant à les écouter, à ne point les étouffer, que nous apporterons à notre cœur  tout l’espace dont il a besoin pour s’épanouir. Il nous suffit d’un soupçon d’espérance, d’acceptation et de détermination pour parvenir à la délivrance et à l’élévation.  

__________© Ecrit par Katiba Oumma, Lamis Pilou, Faqiirah A.

Publicités