Dans la série d’interviews que Shaker Aamer a récemment données au Daily Mail, il s’est exprimé sur les attentats récents (commis en Angleterre et ailleurs).

Il a dit : « Comment peux-tu t’accorder le droit de vivre dans ce pays, vivre parmi les gens te comportant comme si tu étais une personne normale, et d’un coup sortir dans la rue pour tuer ?

En Islam, le meurtre des civils est considéré mauvais, quelle que soit la raison supposée. D’après mes connaissances en Islam, ceci n’est pas permis.

Même en temps de guerre, tu ne peux juste tuer tout le monde, tu ne peux tuer des enfants, tu ne peux tuer des aumôniers, tu ne peux simplement t’emparer d’un couteau et te mettre à poignarder des individus. Si tu es tellement en colère contre ce pays, fiche le camp ! »

S’exprimant au sujet de Alan Henning, il dit : « Lorsque j’ai appris la nouvelle, j’ai dit que je voulais lui venir en aide. L’EI prétendait que c’était un espion, mais ce n’était que du baratin. Pourquoi vouloir tuer un homme qui ne faisait qu’essayer d’aider ?

Le concept de guerre en Islam n’est pas une question de massacre aveugle. Il est gouverné par des règles qui comprennent également la façon de traiter les prisonniers. Si un homme est innocent, un homme qui s’est déplacé pour assister le peuple, alors tu dois partager ta nourriture avec lui et le traiter décemment. Même si un homme te combat, il doit être traité humainement et non torturé ou tabassé…. »

Cliff Stafford Smith de l’ONG Reprieve et directeur de l’équipe juridique de Guantanamo de Shaker Aamer, rapporta que Aamer avait voulu faire une déclaration vidéo pour demander la libération d’Alan Henning, mais les autorités de Guantanamo ne « témoignèrent aucun intérêt et ne donnèrent aucune réponse. C’est réellement regrettable puisque cela aurait pu sauver la vie d’Alan Henning. »

Peu de temps après, en Octobre 2014, Alan Henning était décapité.

Shaker Aamer exprima également sa crainte des divisions entre musulmans et non musulmans, division illustrée par l’appel de Donald Trump « à l’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux États-Unis ».

« Cela m’inquiète » déclara-t-il, en expliquant que c’est ce que les extrémistes désiraient. « Cela aide leur cause… Si vous ne cessez pas de regarder des individus comme s’ils étaient des terroristes alors qu’ils n’ont rien fait, vous allez les pousser à la violence. »

D’ailleurs, il a clairement souligné le lien entre les tortures commises dans des prisons telles que Guantanamo et les violences dont nous sommes aujourd’hui témoins, affirmant que la fermeture de Gitmo mettra fin à bien des problèmes. Vous pouvez écouter ce passage dans l’extrait de l’interview donnée à la BBC ici :

Publicités