Aujourd’hui, deuxième Lundi d’Octobre, l’Amérique fêtait le « Columbus Day », la Journée de Christophe Colomb.

C’est en 1934, sous la propagande des Chevaliers de Colomb, organisation catholique qui recherchait un modèle chrétien pour la jeunesse, que le Président Roosevelt consacra ce jour dans la loi, le rendant jour férié fédéral.

Un mensonge de plus inscrit dans l’histoire.

Bien qu’il ne fut pas réellement le premier à découvrir l’Amérique (Leif Ericson le précéda de bien des années), Christophe Colomb est resté, dans la mémoire mondiale, comme cet explorateur grandiose qui bouleversa le monde.

Mais quelle fut la réalité de cette « découverte » ?

Colomb lui-même décrivait la grande générosité des autochtones, ces gens aimables, très accueillants, vivant en harmonie, dans un respect absolu, toujours prêts à tendre la main pour aider.

Viols, destructions, crimes, vols de terre et de bien… C’est ce que Colomb leur rendit. Voyant en eux une grande force de travail, il les réduisit à l’esclavage et s’empara de leur terre.

L’histoire de l’Amérique est une honteuse histoire de colonisation et de vol. Ce ne sont que quelques mots inscrits ici mais l’on vous invite à vous renseigner un peu plus sur l’histoire.

Des mouvements de protestations en Amérique ont lieu chaque année, condamnant ce « Comlumbus day » et appelant à le remplacer par le « Indigenous People’s Day » : le jour des autochtones.

Deux petites anecdotes que nous citerons pour clôturer sur une réflexion.

— Un professeur de Sciences Politiques nous disait un jour : « Que des enfants se déguisent pour mardi-gras en juifs et nazis, ne serait absolument pas acceptable. Cela créerait un scandale immédiat et de fermes condamnations. Mais que des enfants se déguisent en indiens et en cowboys, ce qui pourtant est exactement la même chose, ne choque absolument personne. » C’est qu’on oublie le véritable génocide et crimes sans pareilles qui eurent lieu en Amérique.

— Une très noble et respectée Ustadha s’est rendue aux Etats-Unis pour prendre part à un séminaire au cours duquel elle devait enseigner. Avant son arrivée, elle passa un coup de fil demandant à ses hôtes si l’un d’eux pourrait l’emmener dans une réserve indienne. Elle ne voulait séjourner en Amérique, sans d’abord leur demander l’autorisation de fouler leur terre. Allahu Akbar… La clairvoyance de nos savants.

Publicités