CAGE [1] condamne l’arrestation arbitraire, la détention et le châtiment de n’importe quel individu, sans raison et sans s’être vu offert le droit à un procès équitable ; et ceci que le déni de ces droits ait lieu en Syrie ou en Iraq – et c’est le cas pour Alan Henning – ou qu’il soit le fait des forces occidentales à travers le monde dans les prisons ou par les frappes de drones.

Depuis maintenant dix ans, CAGE plaide pour le respect des principes de justice, du procès équitable et de l’Etat de droit dans la guerre contre le terrorisme. Nous avons rapporté des centaines de cas d’abus et torture commis par les pays occidentaux et nous avons, par nos recherches et enquêtes, attiré l’attention du monde sur de graves violations de droits

Asim Qureshi, Directeur des recherches pour CAGE, a clarifié les points suivants :

1. Alan Henning ne devrait être considéré comme prisonnier de guerre : « Alan Henning s’est rendu en Syrie avec des Musulmans et est connu pour son aide au people de Syrie. Il n’est impliqué dans aucune hostilité envers l’Islam ou les Musulmans. Il ne peut dès lors être considéré comme prisonnier de guerre sous la loi islamique et devrait être libéré immédiatement. Nous estimons qu’il n’y a aucun motif pour retenir M. Henning prisonnier ou pour l’exécuter. »

2. L’intervention de l’Occident en Iraq est la source du problème : « La recrudescence des décapitations des occidentaux enlevés dans les zones de conflits en Syrie et en Iraq apparaît être une conséquence directe de l’intervention actuelle de l’Occident en Iraq et Syrie. Avant ces événements, il n’y avait pas de meurtre des otages occidentaux. »

3. L’Occident a établi l’exemple mondial de détentions arbitraires : « Depuis le 11 Septembre, la politique occidentale a mis en place une procédure de détentions arbitraires, torture et exécutions extrajudiciaires. C’est un modèle que les autres pays à travers le monde semblent désormais suivre. Il va sans dire que nombreux de ceux qui commettent des violations des droits de l’homme en Iraq et Syrie ont été eux-mêmes victimes de violations de droits, comme à Abu Ghraib.

4. Le Gouvernement britannique a mis les humanitaires en danger : « Le Gouvernement britannique et les médias irresponsables ont engendré des difficultés considérables pour les associations caritatives musulmanes en les stigmatisant et en les étiquetant d’extrémistes/terroristes. Ceci a mis les humanitaires en grand danger. »

5. Les principes fondamentaux de procès équitable doivent être respectés par tous : « Le seul moyen d’évoluer est un monde qui respecte les principes fondamentaux de procès équitable, un concept central dans le système législatif islamique tout comme dans celui de toutes les sociétés civilisées. »

Maajid Freeman, un humanitaire qui accompagna Alan Henning lors de son dernier convoi en Syrie, dit à CAGE :

« Alan est un homme altruiste qui fut ému par la souffrance du peuple syrien. Il avait conscience des risques de se rendre en Syrie, malgré nos dissuasions, il se sentait tenu de venir en aide aux orphelins et aux veuves qu’il avait rencontrés lors de son voyage précédent. Je suis rempli d’admiration pour son courage et sa bravoure et j’ai espoir qu’il sera bientôt libéré. »

[1] CAGE est une organisation indépendante œuvrant pour sauvegarder les droits des communautés affectées par la Guerre contre le terrorisme, et pour souligner les violations au procès équitable.

Source : http://www.cageuk.org/article/cage-calls-release-british-aid-worker-alan-henning

Publicités