Résumé de messages d’action du comité Save Shaker Aamer. En ce jour une manifestation est organisée en face des bâtiments du MI6 à Londres.

« Le 14 Février marque le jour où, il y a douze ans, Shaker Aamer fut cruellement transporté à Guantánamo. Son rêve d’actions caritatives en  Afghanistan se transforma en cauchemar dans cette base militaire.

Shaker n’avait passé que quelques mois en Afghanistan œuvrant pour la construction d’écoles et dans l’aide aux communautés démunies, quand les US et UK bombardèrent le pays. Ils offrirent des primes aux villageois afghans pour tout étranger se trouvant parmi eux. Plus de 600 hommes furent ainsi kidnappés, torturés, et déportés à Guantánamo. Aujourd’hui, douze années plus tard, sans inculpations ni jugement, le résident britannique Shaker Aamer s’y trouve toujours, avec chaînes, en confinement solitaire dans une cellule d’acier, subissant maltraitance quotidienne et humiliation. Il est à nouveau en grève de la faim et a perdu 14 lbs (6,35 kg) en une semaine. Pourtant il a été à deux reprises déclaré libérable par décision unanime de six agences américaines dont la CIA, le Département de Justice et le Pentagone.

Les agences de sécurité britanniques (MI5 et MI6) doivent faire preuve de clarté. Il est largement rapporté qu’elles maniganceraient contre le retour de Shaker au sein de son foyer en Angleterre – en transmettant des informations préjudiciables et infondées – dans un effort d’étouffer les allégations de complicité des agents britanniques dans les tortures infligées à l’étranger. En effet, Shaker a déclaré avoir été torturé en présence d’agents britanniques lors des interrogatoires coercitifs en Afghanistan en 2002, et avoir été témoin de la torture d’autres détenus.

La complicité dans la torture est un crime strictement interdit par le Droit international ; toute accusation doit faire preuve d’une enquête et ceux qui permettent la torture doivent en rendre compte.

Shaker Aamer a été menacé d’être renvoyé de force en Arabie Saoudite, pays qu’il fuit depuis plus de 30 ans. Une fois là-bas, il sera réduit au silence pour toujours. Le Gouvernement britannique a reconnu le droit à Shaker Aamer de retourner en Angleterre. L’ensemble des anciens détenus britanniques de Guantánamo qui ont retrouvé leurs familles et foyers en Angleterre, ont également accusé les agents de sécurité britanniques de complicité dans la torture.

Il est temps que le gouvernement enquête sur ces allégations et les témoignages de Shaker doivent être entendus.

La justice demande la vérité ! Sans justice, nul n’est en sûreté ! »

ssacleafletvigilMI6building14thFeb2014greybox
Leaflet de la manifestation du 14 Février 2014, Londres.

 

Publicités