La nuit passée, deux détenus : Nabil Hadjarab (dont nous vous parlions ici) et Motai Saib ont été rapatriés en Algérie.

Commentant sur la nouvelle, Cori Crider, avocat de Nabil Hadjarab et directeur stratégique de l’ONG Reprieve a dit :

“Après une douzaine d’années de détention inutile et de maltraitance sous garde étasunienne, Nabil embarque pour la plus grande aventure de sa vie adulte : la liberté. Il arrive en Algérie fragilisé par sa grève de la faim, mais avec de hauts espoirs pour le futur. Il est reconnaissant à l’Algérie de l’avoir accepté, bien qu’il rêve de retrouver un jour sa famille qui l’attend en France. Nous espérons le voir très tôt afin de l’aider et les autorités à favoriser sa transition à une vie libre. »

Nous prions de tout cœur que cela marquera un tournant positif pour eux, gardant à l’esprit l’accueil défaillant par le passé que l’Algérie a réservé aux détenus de Guantánamo.

Moazzem Begg dit à ce sujet : Alors que nous accueillons la libération de ces deux hommes, cela est bien loin d’être la fin de leur calvaire ; cela est plutôt le début d’un nouveau chapitre. Le traitement réservé à Abdel Aziz Naji qui fut renvoyé en Algérie contre son propre choix démontre que l’Algérie est bien loin d’être une demeure adéquate pour les anciens détenus de Guantánamo. Nous espérons que ceux qui ont milité pour la libération de Nabil Hadjarab et de Motai Sayab continueront à soutenir leur bon traitement et resteront vigilants quant à un quelconque mauvais traitement potentiel.« 

N’oublions pas les 164 détenus restant, dont 84 ont été déclarés libérable, à l’instar de Shaker Aamer, que nous espérons voir bien vite retrouver sa famille en Angleterre. 

Lorsque les Etats-Unis avaient annoncé le rapatriement prévu des deux algériens, la question sur le sort réservé à Shaker Aamer avait été soulevée, avec la crainte qu’il soit renvoyé en Arabie Saoudite. Le groupe SAVE SHAKER AAMER CAMPAIGN (SSAC) avait rédigé un communiqué de presse dans lequel ils exprimaient leur inquiétude. Le Président du groupe déclarait : “Si le MI6 est responsable du maintien de  Shaker Aamer à Guantanamo, ou a soutenu son transfert vers le pays le plus répressif sur terre, c’est parfaitement honteux. Si le MI6 essaie de le réduire au silence afin de couvrir ses propres crimes, il agit non seulement à l’encontre de Shaker Aamer et sa famille mais aussi contre l’ensemble des libertés que le Royaume-Uni déclare fièrement défendre. Si le MI6 agit en dehors de la Loi, c’est une véritable menace pour nous tous et le Gouvernement doit – face à cela – prendre des actions appropriées. Il lui faut prendre le contrôle et exiger que ces mensonges soient retirés. »

    

Parlons-en autour de nous… ne laissons pas ces appels rester dans le silence et ajoutons notre voix au combat…

Publicités