Dans nos précédents articles nous parlions de notre frère Shaker Aamer, de Nabil Hadjarab ainsi que de la grève de la faim qui avait été entreprise (en ultime recours) par la majorité des détenus de Guantánamo. 

Ces dernières semaines la situation des grévistes s’est aggravée, les geôliers étant prêts à tout pour mettre fin à leur grève. Nutrition forcée, privation de médicaments, refus de remettre une bouteille d’eau (malgré des conditions de chaleur intense), interdiction de se laver… ces actes éhontés ne se comptent plus. C’est ce que l’on peut lire dans un témoignage de Shaker Aamer retransmis par le Journal The Independent, dont voici un extrait : 

« La grève de la faim a certes commencé car les gardes avaient une fois de plus manqué de respect à nos Corans, mais il s’agit désormais de bien plus que ça. Il s’agit de leur annonce, il y a de cela six années, que j’étais libre de partir et retrouver mon épouse et mes enfants, mais me voilà encore ici, à Guantánamo. Il s’agit de l’homme dans le même bloc cellulaire que moi, qui se trouve en fauteuil roulant, ou s’y trouverait si on ne le lui avait confisqué en sanction  pour son état de grève. Il s’agit de cet homme qui fut tant désespéré qu’il tenta d’atteindre à sa vie – alors ils le « rafistolèrent » et le remirent dans le Camp V Echo, l’anneau central de cet enfer. »

Le 13 avril les médias relataient que suite à une « révolte avec armes improvisés » d’un certain nombre de détenus, les gardes avaient été amenés à tirer des balles moins que létales. Mais Cindy Panuco, avocate d’un des détenus, mit clairement en évidence l’absurdité d’un tel scénario, indiquant qu’il était impossible que les prisonniers aient eu recours à un type d’arme quelconque. Les détenus furent ensuite confinés en cellules individuelles alors qu’ils se trouvaient avant cela en cellules communes. Cindy Panuco affirma que la véritable motivation de ce transfert était de maintenir les détenus isolés afin qu’ils soient affaiblis et ne puissent mutuellement s’encourager dans leur effort de grève, l’isolation étant une « autre forme de tourment ».

On imagine bien mal que des prisonniers affaiblis par plus de deux mois de grève de la faim puissent représenter une menace. La traduction de tout cela pourrait être, comme l’organisme The world can’t wait le proposait : MANGEZ OU NOUS VOUS TIRERONS DESSUS !

Shaker Aamer disait : « Ce sont des heures sombres dans un sombre, sombre fossé. Malgré tout je perçois la lumière : bien plus de 100 prisonniers jeûnent solidairement. Nous n’allons plus accepter cela. Mais soyons bien clairs : nous n’implorons pas de meilleur traitement. Nous exigeons que nos droits fondamentaux soient respectés. »

Joignons-les, ce Lundi 29 Avril, dans un jeûne solidaire et montrons-leur que nous les soutenons et ne les oublions pas. Une journée internationale de jeûne est en effet organisée par le groupement de soutien à Shaker Aamer, Save Shaker, et les personnes du monde entier, toutes confessions confondues, sont invitées à s’y joindre. Ce sera un moyen, indiquent-ils, de montrer au monde entier que nous sommes unis, de partager leurs peine et souffrance, et de nous souvenir d’eux au travers de notre faim et de notre soif.

163588_540199336030792_805388275_n

Ce jeûne aura, en outre, une symbolique particulière pour les Musulmans, cela coïncidant avec le jeûne traditionnel du Prophète (paix et bénédictions sur lui) chaque Lundi ; cela leur permettra également de multiplier les invocations pour les détenus de Guantánamo à l’heure de la rupture du Jeûne, instant où les invocations sont acceptées.

Voici ce que Save Shaker nous invite à faire :

1. Jeûner de l’aube au crépuscule le Lundi 29 Avril 2013 en solidarité avec les grévistes de la faim.
2. Encourager un maximum de vos amis et membres de famille à en faire autant.
3. Ecrire à vos journaux locaux et nationaux pour les informer de votre jeûne. 
4. Organiser un repas collectif pour rompre le jeûne ensemble, que ce soit en vos foyers, dans un restaurant, dans une salle commune ou en campus.  Préparer les plats ou demander à chacun d’apporter quelque chose. Préparer un bref discours ou une présentation sur Shaker Aamer (ainsi que sur Nabil Hadjarab) et les grévistes de la faim afin de sensibiliser les personnes sur la situation. Vous pouvez inclure une session de rédaction de lettre au Premier Ministre/Président ou Shaker (ou Nabil Hadjarab) lui-même. 
Si vous organisez un événement, postez les détails sur notre page Facebook. 
5. Inviter un journaliste pour couvrir l’événement.
6. Souvenez-vous des détenus dans vos prières et pensées tout au long de la journée et plus particulièrement au moment de la rupture du jeûne.

Nous posterons bientôt une brève présentation de l’histoire de Shaker Aamer. Pour l’histoire de Nabil Hadjarab, vous pouvez trouver plus d’informations — ici — ainsi que dans le lien auquel renvoie l’article.

Les Faqiraat feront partie des jeûneurs par la Grâce Divine. Nous invitons ceux qui désirent se joindre à nous à nous le faire savoir (notre email est faqiraatilaarabbinaa sur gmail.com) afin de garder un suivi de notre cause commune… Qu’Allah accepte de vous et de nous et accorde liberté à nos frères de Guantánamo. 

Publicités