Lorsque le pouvoir de La ilaha illa Allâh domine la cité de ton humanité, il ne reste dans le cercle de la maison aucune demeure ; personne parmi les tiers ne la traverse, il ne te reste avec autrui aucun refuge et il ne reste de la cité qu’un tas de sable :

{ Quand les rois pénètrent dans une cité, ils la saccagent et ils font de ses plus nobles habitants les plus misérables des hommes.} (27:34)

Ainsi, la grandeur de ta fierté devient humilité et modestie, la grandeur de ton abondance devient rareté, la grandeur de ton existence devient effacement et la grandeur de ta survivance devient extinction.

De même, chaque mauvaise qualité se transforme en bonne qualité, tu passes d’une gloire qui est humiliation à une humilité qui est dans la grandeur. Les branches de tes mauvaises qualités sont coupées de l’arbre de ta personne, laquelle est débarassée des ronces de ton impiété et de ta négation ainsi que des épines des associateurs et des polythéistes. Elle est plantée de Rayhan (plantes aromatiques) de la Foi et du tawhid (affirmation de l’unicité). On y installe les honneurs de la purification et de la singularité et tes qualités louables sont diversifiées :

{Dans un bon pays, les plantes poussent à profusion avec la permission de son Seigneur, et dans un mauvais pays, elles ne sortent que clairsemées.} (7:58).

– Ahmed Ghazali, dans : La citadelle du Tawhid.

Publicités